News

news hugh coltman

C'est simple, Hugh Coltman est LE songwriter de ce début de siècle. Le dandy ébouriffé a eu plusieurs vies, mais c'est toujours la musique qui l'accompagne, par delà les terres et les mers. Depuis le blues des Hoax jusqu'au rhythm'n'blues de Nat King Cole en passant par le jazz d'Éric Legnini, le britannique est au blues-folk ce que Bryan Ferry est au glam : un crooner à l'élégance divine et au romantisme intimiste.

Rendant hommage à son héritage maternel après deux excellents albums solo, Stories From The Safe House et Zero Killed, Hugh Coltman prête aujourd'hui sa voix aux mélodies de Nat King Cole. Pour le cinquantième anniversaire de la mort de la légende du jazz, l'occasion était trop belle. Chanteur au timbre faussement cristallin, Hugh Coltman sait mieux que personne qu'un crooner est bien plus qu'un homme au costume impeccable. Au-delà des tubes de Nat King Cole, c'est la face sombre et écorchée de l'immortel interprète de Nature Boy qui fascine Hugh Coltman. Avec cette nonchalance raffinée typiquement britannique, il livre les délicates mélodies de son idole dans un écrin de velours.

Richesse harmonique toute en subtilité, art de la nuance et sens inné du murmure, il ravive le souvenir de Nick Drake. Sur ce dernier opus Shadows of Nat King Cole, Hugh Coltman revisite les incontournables standards (Mona Lisa, ou bien entendu Nature Boy déjà gravé dans le marbre par Stevie Wonder) mais s'attèle aussi à des titres moins connus tels que Shadows ou Annabelle, tout aussi charmeurs. Guitare en dentelle, voix des anges qu’il tutoie naturellement, Hugh Coltman nous offre sur la scène du Rhino Jazz(s) un pur instant de grâce en suspendant le temps.

news bobby and sue

Entre histoires de villes fantômes, d'amours perdues, de mort et d'humour noir, La Bretagne a plus d'un tour dans son sac.

Bobby & Sue ne sont pas sortis d'un épisode de Dallas, mais bien du port de Douarnenez. Influence océanique ? C'est en tout cas la porte vers l'Amérique.

Cette Amérique qu'ils revendiquent, c'est celle des standards de jazz (Body & Soul !) et des déboires du blues, avec Billie Holiday et Chet Baker pour modèles. Les chansons qu'ils composent en anglais transmettent l'esprit du blues, celui qui vous écorche l'âme en vous câlinant le corps. Sue possède une voix incroyable d'authenticité, à la sensualité canaille, quelque part entre Mamie Smith et Billie Holiday.

Au piano ou à la guitare, Bobby balance un swing jazz réjouissant. Il mêle parfois sa voix à celle de Sue. Une incursion dans la bossa et des bribes de soul et de folk enrichissent la palette d'une formation pas prête de disparaître, n'en déplaise au titre à l'humour noir choisi pour leur deuxième album I’m Dead, Thanks For Asking (« Je suis mort, merci de demander ») qu'ils présentent sur la scène du festival Rhino Jazz(s).

news ruthie foster

Chanteuse charismatique, drôle et chaleureuse, Ruthie Foster est dotée d'une voix puissante, sensible et au timbre magnifique qui la compare aux plus grandes.

Nourrie au blues, au gospel et véritablement ancrée dans les traditions américaines, Ruthie Foster est de celles qui vous emmènent au plus loin par la seule force d'une voix, sans apparats ni artifices. Un chant habité, délicat ou fiévreux, qui revisite l’Amérique, exalte ses racines musicales, plurielles et entremêlées, sur la scène du New Morning.

Souvent comparée à Tracy Chapman, elle ne lui ressemble pas qu'en matière capillaire. Partageant une folk authentique et un groove unique, elle sort des sentiers tracés par sa consœur. Son style constitue une admirable synthèse de blues et de folk, le tout mêlé de gospel, de pop et de soul. Sa voix, puissante et veloutée, instrument à part entière, lui vaut d'être régulièrement comparée à des aînées aussi illustres que Mahalia Jackson, Aretha Franklin ou Ella Fitzgerald. Cette grande dame de la musique américaine séduit à tous les coups par son timbre de voix, son feeling, son sens du rythme et sa bonne humeur communicative.